Editos diocésains Les yeux fixés sur Jésus-­Christ…

Les yeux fixés sur Jésus-­Christ…

Nous venons de commencer le temps de carême, tôt cette année ! Les prêtres, les diacres et les religieux, ainsi que tous ceux qui récitent l’office de l’Eglise, commencent alors leur journée  par  cette  phrase,  la  première  de  l’office  :  “les  yeux  fixés  sur  Jésus-Christ,  entrons  dans  le  combat  de  Dieu”.  C’est  l’invitation  que  le  carême  nous  fait  :  nous tourner vers Jésus pour le choisir librement mais de tout notre cœur ! Oui Seigneur, Tu sais bien que je t’aime… malgré mes pauvretés et mes péchés, comme le criait l’apôtre Pierre après son reniement.

Jésus est la Miséricorde, il est vraiment l’Amour du Père qui a pris chair au milieu de nous, pour nous. Plus je me tourne vers Lui, plus je me converti au sens exact du mots, plus je vais le voir pour mieux le connaître et l’aimer. Ultimement c’est Son amour qui m’attire, même si je ne m’en rends pas compte, car c’est toujours Lui qui a l’initiative… malgré  mes  efforts  (certainement  louables)  ou  les  prières  de  ma  communauté  qui  me  portent (plus “puissantes” que je l’imagine). C’est bien Lui, Jésus qui m’attire mais Il me laisse le choisir librement, car il me respecte infiniment.

Je  vous  propose  trois  mises  en  œuvre  concrètes  durant  ce  temps  de  carême,  pour  suivre Jésus  davantage, pour se laisser toucher par Lui :

  1. Œuvrer pour qu’un amour de charité (qui vient de Dieu) toujours plus grand se  vive  entre  nous !  “Voyez  comme  ils  s’aiment !”  disait-on  des  premières  communautés  chrétiennes !  C’est  déjà  vrai  avec  ceux  qui  me  sont  proches,  mon conjoint, ma famille, ma paroisse et mon curé, ceux avec qui je vis… Qu’un amour plus grand  que  l’habitude  ou  la  rupture,  me  pousse  vers  l’autre  pour  l’aimer  et  ainsi  le  faire  grandir  et  moi  avec.  Oui,  que  cet  amour  de  charité  jaillisse  (par  des  gestes concrets) et nous réjouissent ! Que nous cherchions à nous donner les uns aux autres et à nous aimer en vérité…[“aimez-­‐vous les uns les autres” nous demande Jésus). De plus, cela sera missionnaire et me tournera vers ceux qui en ont le plus besoin !
  2. Nous  recentrer  sur  la  parole  de  Dieu, c’est à dire mieux connaitre Dieu pour  mieux l’aimer et vivre de Lui. Une proposition a été distribué à chacun en paroisse et se trouve aussi dans la revue « Église de Digne » de février 2016.  À chacun de nous de la mettre en œuvre là où il est…
  3. Regarder  chacun,  en  vérité  et  devant  le  Seigneur,  le  point  principal  à  changer  dans  ma  vie !  Demander  d’abord  au  Seigneur  de  m’aider  et  de m’accompagner  et,  courageusement,  mettre  tout  en  œuvre  pour  y  remédier :  me  réconcilier avec une personne proche ou plus éloignée, me corriger d’une addiction, être plus attentif à mes proches, prendre davantage de temps pour Dieu, donner du temps  aux  plus  pauvres,  apprendre  à  rendre  grâce…  Le  sacrement  du  pardon  peut  aussi fortement m’aider sur ce point.

Choisir ainsi des aspects concrets peut m’aider si je m’y tiens. Je peux en prendre aussi en couple, en famille…

Bon carême à chacun ! Que le Seigneur nous donne la grâce de l’aimer davantage et de le faire aimer !

PARTAGER