LE BLOG La belle fête de la vie consacrée à Sisteron.

    La belle fête de la vie consacrée à Sisteron.

    328

    Les consacrés étaient presque tous présents pour cette rencontre si importante qui réunit les religieux contemplatifs, apostoliques, ermites, ainsi qu’une veuve consacrée, le 2 février.

    Le Père Gilbert Marijsse nous a chaleureusement accueillis autour de notre évêque Monseigneur Nault, à la salle paroissiale. Après quelques minutes de joyeuses salutations pour ces retrouvailles, et la dégustation d’un café préparé par l’habituelle sollicitude de soeur Marie-Louise Walter, cheville ouvrière de ces journées, les Laudes nous ont rassemblés dans le silence et la prière.
    Puis, Monseigneur Nault nous a gratifié d’un riche déploiement du thème de la sainteté, « le plus beau visage de l’Église », à partir de l’exhortation du Pape François « Gaudete et exultate ». Il a fait remarquer que ce texte du Magistère, relève d’un « kairos », « moment favorable» de ce que vit l’Église : d’où l’occasion de méditer et d’accueillir ce texte en profondeur dans nos vies. Monseigneur nous a posé des questions concrètes qui invitent à une constante conversion à la sainteté : combat permanent, à l’issue duquel « Jésus Lui-même fête nos victoires » qui sont des victoires de la grâce, non de nos forces humaines. Cet acquiescement de tout mon être est, à la suite du « oui » de Marie, un oui humble et confiant. Les fruits en sont : la joie de la vérité et de la charité, la joie de la sainteté.
    Nous nous sommes ensuite retrouvés avec des paroissiens à la Cathédrale de Sisteron pour l’Eucharistie de la Présentation du Seigneur présidée par Monseigneur Nault et les prêtres présents. Au cours de celle-ci, nous avons procédé à la célébration festive de l’allumage des cierges individuels pour marcher ensemble à la rencontre du Christ, lumière qui éclaire toutes les nations.
    Après le Credo, les Consacrés ont renouvelé leurs vœux de suivre Jésus Christ pauvre, chaste et obéissant selon le charisme de leur famille religieuse. Les soeurs indiennes nous ont initié au rite de la « arati » : présentation animée devant l’autel et à la voix du « badjan », cantique d’action de grâce chanté en leur langue avec des fleurs, de l’encens et du feu.
    Ce fut ensuite le temps convivial et joyeux du repas partagé, à la suite duquel Monseigneur nous a donné quelques nouvelles du diocèse, en particulier celle du retour au Père de Pierre Léouffre, en la vigile de cette fête. Puis les uns et les autres ont pu aussi donner quelques informations les concernant. Les meilleures réalités ont une fin.
    Il nous a fallu quitter cette atmosphère céleste, où la charité et la joie palpables, nous ont confirmés et fortifiés dans notre suite du Christ et de l’appel pressant à la sainteté qui nous a réunis en cette journée fraternelle du 2 février 2019.
    Sœur Jean Miryam, ermite

     

    PARTAGER