Voici les éléments de la Vision diocésaine, détaillés le 29 octobre dernier à Sisteron. Ils sont donnés ici “bruts” mais seront repris les uns et les autres au cours des prochains mois

Vision

Qu’est ce qu’une vision pastorale ? une vision, c’est ce vers quoi l’on tend dès aujourd’hui et pour demain, qui donne sens (et direction) à ce que l’on porte aujourd’hui, qui renforce à la fois l’assurance et la passion, afin de nous entraîner en avant vers un but qui formalise ce que nous pressentons…

Que chaque habitant du territoire du diocèse (chrétien ou non), puisse rencontrer le Seigneur en vérité et donner ainsi un sens à sa vie !
Que le Seigneur-Jésus puisse ainsi être rencontré comme une personne, qui m’aime infiniment et qui vient donner sens à ce que je fais et ultimement à ce que je suis. Que chacun puisse alors prendre conscience de la joie de se savoir aimé par Dieu, tel qu’il est, en vue de partager l’éternité avec Lui. Celui qui vient à ma rencontre, c’est Jésus, qui est mort et ressuscité par amour pour moi, afin que je sois sauvé. L’Église veut permettre, accompagner, porter et nourrir cette rencontre, et engendrer ainsi une vie selon l’Évangile ; une rencontre avec Dieu est ainsi toujours une articulation entre le “je” et le “nous”. Personne ne doit se sentir exclu de la joie que nous apporte le Seigneur.

Le Pape François nous rappelait : « J’invite chaque chrétien, en quelque lieu et situation où il se trouve, à renouveler aujourd’hui même sa rencontre personnelle avec Jésus Christ ou, au moins, à prendre la décision de se laisser rencontrer par lui, de le chercher chaque jour sans cesse » [Pape François, Evangelii Gaudium n° 3].

À l’invitation du Saint Père, nous devons tous devenir de vrai disciples-missionnaires ! Cela est exigeant mais il en va aussi de ce trésor dont nous vivons, la Foi, qui risque sinon de disparaître… Un disciple, c’est celui qui est invité à suivre Jésus toujours plus ; un missionnaire, c’est celui qui doit en être le témoin heureux et zélé. C’est cela la “conversion pastorale” à laquelle nous appelle le Saint Père !

« J’espère que toutes les communautés feront en sorte de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour avancer sur le chemin d’une conversion pastorale et missionnaire, qui ne peut laisser les choses comme elles sont. Ce n’est pas d’une “simple administration” dont nous avons besoin. Constituons-nous dans toutes les régions de la terre en un « état permanent de mission ». (Pape François, Evangelii Gaudium n° 25)

« Nous voulons confirmer une fois de plus que la tâche d’évangéliser tous les hommes constitue la mission essentielle de l’Église, tâche et mission que les mutations vastes et profondes de la société actuelle ne rendent que plus urgentes. Évangéliser est, en effet, la grâce et la vocation propre de l’Église, son identité la plus profonde. Elle existe pour évangéliser (…) » [Pape Paul VI Evangelii nuntiandi].

Si la personne est déjà chrétienne, quelque soit sa situation, qu’elle puisse être accompagnée et confortée dans sa foi par la présence d’une communauté chrétienne vivante, accueillante et fraternelle. Qu’elle puisse ainsi grandir sur un chemin de vie chrétienne (et donc de conversion) et de fructuosité, selon les appels de l’Esprit-Saint.

=> d’où importance de l’accueil dans nos paroisses, de l’accompagnement de chacun, de la vie fraternelle réelle, de la proposition explicite de la foi, de la place visible de la prière et des sacrements, de la beauté de nos liturgies, de la charité en acte, de l’élan missionnaire…

Si la personne ne connaît pas le Christ, qu’elle puisse être accueillie, quel que soit son histoire, et accompagnée afin de connaître et d’aimer Jésus.

=> d’où l’attention à chacun, le souci de l’évangélisation et de l’annonce explicite (kérygme), la volonté d’accueillir et le souci d’une présence fraternelle soucieuse de la vie et des soucis de chacun, l’importance des œuvres de Miséricorde…

Les valeurs qui sous tendent cette vision…

+ Le Salut de la personne (reconnue, aimée par Dieu, sauvée…). C’est l’élément central qui habite la mission de l’Église. ; conduire vers Dieu malgré nos pauvretés et nos péchés.

+ Le Bien profond de chaque personne (articulation entre charité et vérité à faire grandir). Dieu nous a créé par amour à Son image et cela est présent en chacun.

+ Le chemin de Bonheur offert par le Christ. C’est Lui le chemin, la Vérité et la Vie. La vraie conversion est de nous tourner toujours plus vers Lui !

Les décisions prises et exposées aujourd’hui l’ont été par rapport à cette vision, et en fonction des valeurs exposées.

Des acteurs dans notre diocèse…

Des acteurs permettent de mettre cela en œuvre :

chacun de nous comme disciple-missionnaire ;
– les paroisses autour de leur pasteur ; (personnes + moyens concrets) ;
– les services diocésains qui suscitent, stimulent et accompagnent ;
– les communautés ou mouvements, encouragés et accompagnés…
– des initiatives diocésaines, stimulantes et dynamisantes (projets, rassemblements…)
– Le Bartèu qui permet d’accueillir, de rassembler et de porter des initiatives ;

Un Moyen, les cinq essentiels…

Les cinq essentiels, explicités aux CPP du diocèse, sont là pour nous aider à percevoir où l’on en est, et à nous stimuler pour fortifier et dynamiser notre vie chrétienne. Ils désignent cinq aspects essentiels qui caractérisent la vie chrétienne et qui en marque donc la vitalité : La vie de prière, la vie fraternelle, la formation, la vie de charité et le souci de l’évangélisation. Ces cinq essentiels sont « efficaces” à tous niveau (au niveau personnel, à celui de toute groupe paroissial, au niveau de la paroisse, et enfin à celui du diocèse). Ils doivent cependant être considérés ensembles (les 5 doivent croître en même temps !).

Que faire ?

– Chacun est invité à grandir comme disciple-missionnaire !
– Il y a beaucoup de déclinaisons pastorales à trouver, tout spécialement dans nos paroisses ! C’est à chaque CPP, et ultimement à chacun de les mettre en œuvre, guidé et éclairé par l’Esprit Saint.
– Dans une conversion pastorale telle que celle à laquelle nous invite le Pape, chacun est impliqué, quelque soit sa mission, son âge, sas situation…
– Notre modèle doit peut-être être changé… La conversion pastorale de nos communautés exige de passer d’une pastorale “de simple conservation à une pastorale vraiment missionnaire” nous dot le Pape.
– Pour y arriver, il faut une collaboration toujours plus grande entre le pasteur et les disciples-missionnaires, chacun selon sa mission mais toujours en communion.
– Communion et bienveillance, sont peut-être les deux maîtres mot de la mission dans notre diocèse !

PARTAGER