Un outil pour vitaliser nos communautés
et nos paroisses !

« J’invite chaque chrétien, en quelque lieu et situation où il se trouve, à renouveler aujourd’hui même sa rencontre personnelle avec Jésus-Christ ou, au moins, à prendre la décision de se laisser rencontrer par lui, de le chercher chaque jour sans cesse » [Pape François, “La Joie de l’Évangile”, n°3].

Chers amis,

À nouveau je viens vous retrouver pour partager cette fois avec vous, un outil de vitalité apostolique, qui peut beaucoup nous aider !

Cet outil a été explicité aux Conseils Pastoraux (CPP) de nos paroisses, mais il me semble important de le partager avec chacun d’entre vous. C’est un moyen simple et concret, qui nous est ainsi proposé, et qui peut être utilisé à différents niveaux.

Ce n’est qu’un moyen bien sûr, mais il vise à nous aider à vivre davantage du Christ, à Le laisser petit à petit prendre toute Sa place dans nos vies et dans nos structures ecclésiales, à Le rencontrer en vérité comme nous le rappelle sans cesse le Pape François. Il peut nous aider à mettre en œuvre dans nos paroisses ou chez nous, ce qu’il nous rappelait dans son exhortation apostolique “La Joie de l’Évangile” : « La paroisse n’est pas une structure caduque ; précisément parce qu’elle a une grande plasticité, elle peut prendre des formes très diverses qui demandent la docilité et la créativité missionnaire du pasteur et de la communauté […]. À travers toutes ses activités, la paroisse encourage et forme ses membres pour qu’ils soient des agents de l’évangélisation. Elle est communauté de communautés, sanctuaire où les assoiffés viennent boire pour continuer à marcher, et centre d’un constant envoi missionnaire » [Pape François, “La Joie de l’évangile”, n° 28].

Les cinq essentiels ?

Qu’entend-on par cet intitulé, qu’est ce donc que les “cinq essentiels” ?

Cette dénomination désigne cinq aspects essentiels qui caractérisent la vie chrétienne et qui en marque la vitalité. Ils illustrent la vie dans le Christ et montrent la fructuosité de la grâce en chacun ; ils manifestent surtout l’attention à avoir sur des aspects particuliers de notre vie avec Jésus, afin qu’elle ne soit pas simplement un souhait mais une réalité dynamique. On peut les décrire ainsi (sans ordre particulier) :

Les 5 essentiels+ La vie de prière (Adoration, Louange, vie liturgique, seul ou en commun…). C’est ce qui constitue mon cœur à cœur avec Dieu, seul ou en groupe. Si je suis chrétien, c’est que je cherche à suivre Jésus-Christ, à l’aimer toujours plus et à me laisser aimer par Lui. Se tenir en Sa présence, le célébrer, rendre grâce, intercéder… C’est vrai par les liturgies paroissiales, mais aussi par le temps que je prends quotidiennement avec Dieu, avec Sa Parole, pendant l’Adoration du Saint Sacrement, dans le secret de mon cœur… « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est là le grand, le premier commandement ! » [Matthieu 22,37].

+ La vie fraternelle (être frère et sœur les uns des autres dans le Christ). La vie fraternelle entre nous et envers chacun, est un vrai signe de vitalité chrétienne. Elle nous fait sortir de nous-même, procure la joie, attire vers le Christ et réjouis le cœur de ceux qui cherchent Dieu. « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres, que l’on vous reconnaîtra comme mes disciples… » [Jean 13, 34].

+ La formation (biblique, théologique, catéchétique, humaine…). Il s’agit de grandir en se formant, en apprenant toujours davantage qui est Dieu, son dessein d’Amour pour le monde… L’intelligence de la Foi doit me permettre de cultiver mes talents, de les mettre au service des autres en me plongeant toujours plus dans le Mystère de Dieu ! C’est un point clé pour que ma Foi devienne une Foi adulte, assumée et fructueuse, et pour que je puisse la transmettre aux autres (mes amis, mes enfants, mes voisins…). « Faites des disciples […] leur apprenant à garder tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps » [Matthieu 28, 20] ; « Je vous ai transmis ce que j’ai moi-même reçu… » [1Corinthien 15,1].

+ La vie de charité et de service (compassion, service, attentions aux plus petits…). Il s’agit ici de la “charité chrétienne”, c’est-à-dire de l’amour qui se donne largement et sans compter ! De multiples mouvements ou associations nous y aident, mais ils ne peuvent remplacer le mouvement personnel qui jaillit de mon cœur devant le besoin de mon frère et son attente concrète. « Ce que tu as fais au plus petit d’entre les miens, c’est à Moi que tu l’as fait…» [Matthieu 25,40].

+ Le souci de l’évangélisation (être missionnaire !). Depuis Jésus jusqu’aux appels du Pape François, cet aspect structure la croissance de la communauté et est inhérent à ma vocation chrétienne. Si je suis chrétien aujourd’hui, c’est parce que d’autres, de générations en générations, n’ont pas hésité à annoncer la Bonne Nouvelle… « Allez, de toutes les nations faites des disciples… » [Matthieu, 28,19] ; « Soyez féconds et multipliez-vous » [Genèse 1,28].

Ces cinq essentiels sont donc les cinq dimensions nécessaires qui permettent de rendre une communauté vivante, et appelante ; ils vont donner vie à nos paroisses ! Ils vont s’entraîner l’un l’autre comme les pales d’une hélice et… pousser nos structures vers l’avant !

Être enfant de Dieu (la prière) ; Être frère et sœur dans le Christ (vie fraternelle) ; Être disciple (formation) ; Être serviteur (charité en acte) ; Être apôtre (la mission) ; Ces dimensions ne sont certes pas suffisantes, mais représentent “un minimum nécessaire” afin de porter du fruit… et donc d’être heureux ! Bien sûr c’est le Seigneur Lui-même qui donne et fait porter le fruit ; mais ces cinq éléments me permettent de mesurer la disponibilité de mon cœur et de ma communauté, et m’invitent donc… à me convertir toujours plus !

Ces cinq essentiels ne sont pas nouveaux, nous les trouvons dans la vie de la première communauté chrétienne ; nous lisons dans les Actes des Apôtres :
« Ils étaient assidus à l’enseignement des Apôtres (formation) et à la communion fraternelle (vie fraternelle), à la fraction du pain et aux prières (vie de prière). Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun ; ils vendaient leurs biens et leurs possessions, et ils en partageaient le produit entre tous en fonction des besoins de chacun (service) […]. Chaque jour, le Seigneur leur adjoignait ceux qui allaient être sauvés (évangélisation) (Actes 2, 42-47).

Cela reste un moyen, mais un moyen qui peut me pousser et me laisser grandir dans l’épanouissement de ma vie chrétienne … pour une plus grande joie ! Les cinq essentiels forment donc l’écosystème qui va permettre à ma relation avec Dieu de grandir, tant personnelle que communautaire.

Un vrai équilibre de vie !

Les cinq essentiels dynamisent notre vie chrétienne ! En mettant le Christ au centre, ils nous permettent un équilibre de vie, source de paix et de joie.

Un exemple souvent utilisé est celui du tonneau. Dans un tonneau, les cinq essentiels correspondent aux lattes verticales qui le constituent. La contenance minimale est déterminée par la plus courte des lattes… Il faut donc rechercher un développement équilibré des

cinq essentiels afin de produire le plus de fruits et d’accueillir davantage la grâce de Dieu ! C’est à dire que les cinq essentiels sont nécessaires, ensemble et simultanément ; c’est là qu’est leur force et leur dynamisme. Plus que de se spécialiser dans un “essentiel” particulier, il faut donc les faire grandir de façons commune ; c’est leur originalité ! Jésus lui-même peut m’aider à vivifier chacun de façon particulière et commune, car c’est par Sa grâce (c’est-à-dire par son amour qu’Il me donne) que chacun de ces cinq essentiels va être dynamisé.

Il faut donc les “cultiver” ensemble, les nourrir et s’y abreuver ! De la même façon qu’une nourriture équilibrée est gage de bonne santé, ces cinq essentiels, habilement répartis, sont source d’un bon équilibre de la vie chrétienne et donc de santé spirituelle !

Percevoir où l’on en est…

Ces cinq essentiels nous permettent déjà de percevoir ce qu’est notre vie chrétienne aujourd’hui, seul ou en groupe. Je peux donc faire le point, et savoir où j’en suis !

Cela est vrai à tout niveau, d’abord personnellement,
mais aussi dans mon couple, en famille, dans le groupe paroissial auquel j’appartiens, dans le Conseil Pastoral de Paroisse, dans la Paroisse en elle même, dans le diocèse… Qu’en est-il de ma vie de prière, de l’expression de ma charité, de mon souci de la formation, de mon désir d’évangéliser, de ma vie fraternelle…

Ces cinq essentiels sont donc déjà un bon outil “d’analyse” d’une situation présente. Ils me permettent de faire une “opération vérité” … qui est parfois délicate (voire douloureuse !) mais toujours bienfaisante ! Le Conseil Pastoral de Paroisse, en plus de l’analyse personnelle que chacun peut faire pour lui-même, est aussi certainement le bon niveau pour se pencher sur le dynamisme de ma paroisse et pour mettre en place l’utilisation de ce moyen.

Se donner les moyens de grandir…

Mais les cinq essentiels nous projettent surtout vers l’avenir. Ils sont là pour me pousser en avant et me permettre de vivre un processus de croissance tel que le Pape François nous y invite.

Dans “La joie de l’Évangile”, le Saint Père rappelle : « J’espère que toutes les communautés feront en sorte de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour avancer sur le chemin d’une conversion pastorale et missionnaire, qui ne peut laisser les choses comme elles sont. Ce n’est pas d’une “simple administration” dont nous avons besoin. Constituons-nous dans toutes les régions de la terre en un “état permanent de mission” » [EG n° 25]. Ce processus est mis en œuvre par l’Esprit Saint qui me guide et me conduit ; ces cinq essentiels m’aident à accueillir sa force et à la mettre en œuvre.

En partant de ce que je vis aujourd’hui, ils me permettent de percevoir ce qu’il y aurait encore à améliorer ! Comment mettre ma vie de prière au centre de ma vie ? Aurais-je oublié les plus pauvres ? Où en est mon souci de me former pour mieux connaître le Christ et pouvoir en témoigner avec intelligence ? Est-ce que je porte fortement ce souci d’annonce de la Bonne nouvelle ?

Peut-on dire en nous voyant vivre “voyez comme ils s’aiment” ? L’image du tonneau nous rappelait que les cinq essentiels doivent grandir ensemble… c’est là que se trouve la vraie fécondité, car chaque “essentiel” permet aux autres de se développer, et ainsi à l’ensemble de grandir.

Mais attention, c’est Dieu lui-même qui conduit et qui guide ; « Bien que cette mission nous demande un engagement généreux, ce serait une erreur de la comprendre comme une tâche personnelle héroïque, puisque l’œuvre est avant tout la sienne […]. La véritable nouveauté est celle que Dieu lui-même veut produire de façon mystérieuse, celle qu’il inspire, celle qu’il provoque, celle qu’il oriente et accompagne de mille manières […]. Cette conviction nous permet de conserver la joie devant une mission aussi exigeante qui est un défi prenant notre vie dans sa totalité. Elle nous demande tout, mais en même temps elle nous offre tout » [Pape François, “La Joie de l’évangile”, n°12].

Ma prière fraternelle vous rejoint ; que le Saint Esprit nous stimule tous pour la mission ! En grande communion.

PARTAGER