La situation dramatique que rencontrent des milliers de gens jetés sur les routes du monde et tout spécialement dans notre pays, ne peut nous laisser indifférents ou spectateurs.

L’accueil de migrants dans différents lieux de France et dans notre diocèse, renforce cette attention au drame que traversent tant de personnes, parfois si proche de nous. Le Pape François nous invite à réagir et à accueillir ; différents points peuvent éclairer notre action :

  • Accueillir, c’est sortir de soi, nous précise inlassablement le Pape François. Sortir pour se donner, sortir pour aimer (et parfois cela peut nous faire violence !), sortir en dépassant ses propres pauvretés. Telle est notre mission de chrétien, telle est aussi notre joie ! Aimer l’autre, mon prochain qui se trouve là sans que je ne l’ai choisi ; l’aimer pour lui-même, pour son propre bien. C’est vrai pour tout personne en souffrance, mais d’une façon toute particulière dans les événements que nous traversons.
  • Beaucoup dans notre diocèse (entre autres à Sisteron et Malijai) font déjà de multiples actions et je ne peux que les remercier et les encourager (bénévoles du Secours catholique, accueil de paroisses ou de particuliers, CCFD, Ordre de Malte, Conférences Saint Vincent de Paul, Association Benoît Labre à Digne…). De beaux gestes, souvent cachés mais ô combien précieux aux yeux de Dieu, n’ont pas attendus les appels du Saint Père pour se mettre en place avec générosité et compétence. Merci à chacun de ces beaux témoignages. D’autres initiatives se mettent aussi en place localement.
  • Chacun doit, en conscience, chercher ce qu’il peut faire : se donner avec d’autres, accueillir, rejoindre les grands organismes chrétiens qui œuvrent déjà, partager ce que j’ai, porter cela dans la prière et l’offrande, visiter les personnes déjà arrivées, informer ou former… Nous pouvons tous, en priant l’Esprit Saint de nous éclairer, laisser parler notre cœur et “le laisser déborder”, chacun selon sa grâce et ses possibilités. Ne craignons-pas de nous laisser déranger par l’Amour de Dieu !
  • Une triple attitude peut nous guider ; celle que rappelait le Pape Benoît XVI dans son encyclique sur la charité (Dieu est Amour) : ne jamais séparer Charité, Vérité et Justice. Les tenir ensemble pour m’éclairer sur la route à suivre, le discernement à opérer, l’action à mener. Une action concrète ne peut m’empêcher de me questionner : Pourquoi en sommes-nous arrivés à cette situation dramatique ? Comment dénoncer les trafics de personnes (tout spécialement les femmes abusées et les enfants martyrs) ? Comment inviter à mettre en place une vraie politique migratoire juste, raisonnable et respectueuse de chacun ? Que faire face aux horreurs perpétrées par l’extrémisme islamique ? Comment accueillir (et respecter) mais aussi intégrer et inculturer ceux qui nous rejoignent ? Accueil des réfugiés et régulation des flux migratoires, justice et charité, ne sont pas inconciliables, ils sont un chemin vers la paix !
  • Nous avons aussi à nous souvenir de nos frères chrétiens d’Orient persécutés qui traversent des situations dramatiques. Notre cœur, notre prière, notre action ne peuvent les abandonner ! Ce sont des frères souffrants à cause de leur foi. Qu’ils soient à notre porte ou réfugiés loin de nous, ne les oublions pas concrètement !
  • Pour nous chrétiens, il faut toujours agir au nom du Christ ! C’est lui notre “trésor” que je ne peux oublier ! (“Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur” Matthieu 6,19). Comme chrétien, ma foi me fait vivre, je ne peux la cacher, elle est une parole de Vie qui libère, je ne peux pas ne pas l’annoncer ! C’est Lui “le Chemin, la Vérité et la Vie” ! Laissons-nous éclairer et conduire par Lui, Il inspirera à chacun ce qui est juste et bon. Il nous invite à annoncer, en acte, la Bonne Nouvelle à notre monde qui l’attend !

Oui que l’amour de Dieu nous presse “à sortir” de nous-même pour rejoindre celui qui m’attend…

+Jean-Philippe Nault
Évêque de Digne, Riez et Sisteron

PARTAGER